L’incroyable histoire de François Vérove, le tueur insoupçonné

4 minutes de lecture

Un criminel passé inaperçu

Durant plusieurs années, François Vérove a tué et violé plusieurs personnes dans la capitale française. Malgré l’infamie de ses actes, cet ancien policier est parvenu à se fondre dans la société et même à participer plus de 30 ans après son premier crime à l’émission télévisée “Tout le monde veut prendre sa place” sur France 2.

  • Implication dans plusieurs meurtres, viols et agressions sexuelles entre les années 1980 et 1990.
  • Surnommé “Le Grêlé” en raison des cicatrices d’acné sur son visage qui s’estompent au fil du temps.
  • Porte régulièrement une fausse plaque de police pour tromper ses victimes.

Les tragiques débuts d’une sinistre carrière criminelle

Le premier fait d’arme connu de François Vérove date de 1986. Alors âgé de 24 ans, il viole et tente de tuer une fillette de huit ans dans un sous-sol parisien. La jeune victime survit miraculeusement et réussit à signaler son agresseur aux autorités, mais sans succès.

Moins de trente jours plus tard, François Vérove récidive. Dans le 19ᵉ arrondissement de Paris, il viole, étrangle et poignarde Cécile Bloch, une écolière de 11 ans qui venait de quitter son domicile pour se rendre à l’école. Les parents de la victime et plusieurs voisins témoignent avoir vu le suspect.

Une escalade dans la barbarie

En 1987, François Vérove commet un double-meurtre particulièrement violent. Dans le quartier du Marais, il assassine Irmgard Müller, une jeune fille au pair allemande avec laquelle il entretenait une relation, ainsi que Gilles Politi, un homme de trente-huit ans dont les membres ont été ligotés et étranglés avec un tisonnier.

Lire aussi :  Colleen Stan : L'histoire d'une auto-stoppeuse kidnappée en Californie

C’est à la suite de ce meurtre que les enquêteurs réussissent enfin à obtenir son groupe sanguin et des descriptions précises de son apparence grâce aux nombreux témoignages recueillis. Néanmoins, François Vérove parvient toujours à échapper à la justice.

Une arrestation manquée et un suicide inattendu

À la fin des années 1990, François Vérove craint d’être démasqué lorsque les policiers interrogent près de sept cent cinquante gendarmes qui ont opéré dans la région parisienne au moment des crimes, dont lui-même. Réalisant qu’il est sur le point d’être confondu, il disparaît et met fin à ses jours le 29 septembre 2021 après avoir avoué ses crimes dans une lettre.

L’incroyable méconnaissance de sa double vie

François Vérove a réussi à cacher pendant longtemps sa véritable nature à ses proches et ses collègues. Marié depuis 1985, il est décrit par tous comme un bon père et un époux attentionné, projetant une image totalement opposée aux horreurs qu’il a commises.

L’ex-femme de François Vérove affirme n’avoir jamais eu connaissance de la double personnalité de son mari, malgré des épisodes dépressifs dans les années 1990.

Une participation télévisée troublante

En 2019, François Vérove participe à l’émission “Tout le monde veut prendre sa place” sous son vrai nom et en pleine connaissance de cause de ses nombreux crimes non résolus. Il est présenté comme un ancien gendarme de la Garde républicaine et évoque même ses expériences équestres passées avec Nagui avant d’être éliminé lors du premier tour.

Ce passage à la télévision marquera les esprits des enquêteurs qui ne réalisent que trop tard leur méprise et reconnaissent amèrement avoir été trompés par cet homme insoupçonné.

Lire aussi :  Monique Olivier et ses liens avec l'ogre des Ardennes : La face cachée d'une femme accusée

Le triste bilan d’une vie de crime

François Vérove laisse derrière lui un sinistre héritage :

  • Des familles brisées et des vies gâchées par ses crimes abominables.
  • De nombreuses victimes dont les affaires n’ont jamais été élucidées en raison de la difficulté à établir un lien entre leurs agressions et l’implication du tueur.
  • Une société française qui a pris conscience trop tard de la présence d’un criminel impitoyable vivant parmi elle pendant près de quatre décennies.

Même si la justice ne pourra jamais être rendue aux victimes de François Vérove, cette sombre affaire restera gravée dans les mémoires comme un symbole des nombreux crimes non résolus et des monstres qui parviennent parfois à se cacher dans notre entourage.

Partager cet article
Laisser un commentaire